Contactez-nous par mail
ou au
03 85 20 91 51

Accèder au marché

Mâconnais Sud Bourgogne : 2ème pôle commercial de Saône et Loire

QUELS SONT LES COMPORTEMENTS DE CONSOMMATION ?

Où consomment les Saône-et-Loiriens ? Combien dépensent-ils ? Qu’achètent-ils ? Autant de questions auxquelles l’observatoire du commerce et de la consommation, que la CCI gère depuis 2002, peut répondre. Des données essentielles pour les collectivités, dans leurs réflexions sur l’aménagement commercial, et pour les porteurs de projet de création ou de reprise d’entreprise.

Le commerce connaît aujourd’hui des mutations aussi importantes, si ce n’est plus, que celles qu’il a pu connaître il y a 50 ans avec le développement de la grande distribution. Sous le double effet des bouleversements induits par internet et par le changement des modes de consommation, les commerces sont au coeur d’une évolution importante dans leur modèle économique. La Saône-etLoire n’échappe pas à cette tendance de fond.

maconnaissudbourgogne developpementcommercial etude cci71 simplanter agencededeveloppement saoneetloire macontournuscluny cliente

maconnaissudbourgogne developpementcommercial etude cci71 simplanter agencededeveloppement saoneetloire macontournuscluny evolutiondesmenages

Afin de décrire dans le détail les comportements d’achat des ménages résidant dans la région et d'appréhender les évolutions de l’appareil commercial, les Chambres de Commerce et d’Industrie de Bourgogne disposent depuis 2002 d’un observatoire du commerce et de la consommation. Il est basé sur une en

quête réalisée fin 2015 auprès de 2 044 ménages de Saône-et-Loire répartis sur 64 bassins de consommation et portant sur un panel de 39 produits de consommation courante. Cette enquête rend compte de l’attraction des principaux pôles commerciaux du département, y compris ceux qui sont situés à la frontière du département, en intégrant les apports des ménages des territoires limitrophes à la Saône-et-Loire. Les données récoltées, consolidées dans une base de données, permettent de mesurer la dépense commercialisable (combien les ménages dépensent-ils ?) et d’évaluer les comportements d’achats pour l’ensemble des bassins de consommation du département (quels produits les ménages achètent-ils ?), tant en matière de destinations géographiques que de formes de distribution fréquentées (où les ménages dépensent-ils ?). Cet observatoire existant depuis 2002, il permet de mesurer les évolutions des dépenses commercialisables et de niveaux d’activité commerciale.

3 % DE MÉNAGES EN PLUS EN SAÔNE-ET-LOIRE

Le nombre de ménages en Saône-et Loire a progressé de 3 % entre 2010 et 2015, conformément à la moyenne régionale. Cette tendance est moins soutenue que la moyenne nationale qui est de 6 %, cependant cette évolution positive constitue un facteur en agissant directement sur la croissance du marché de la consommation. Le rythme d’évolution du nombre de ménages n’est pas homogène sur l’ensemble du département.

3 MILLIARDS D’EUROS EST LE POTENTIEL DE CONSOMMATION EN SAÔNE-ET-LOIREmaconnaissudbourgogne developpementcommercial etude cci71 simplanter agencededeveloppement saoneetloire macontournuscluny 7709

En Saône-et-Loire, le potentiel de consommation des ménages est de 3 milliards d’euros, soit 34 % du potentiel de la région Bourgogne. La moitié de ces dépenses est consacrée aux produits non alimentaires. Entre 2010 et 2015, la dépense commercialisable a progressé de 11 % sur le département, contre 6 % pour la Bourgogne. Cette évolution s’explique par la hausse du nombre de ménages et par l’évolution de leur budget. Au niveau France, on observe que le budget de consommation moyen par ménage a augmenté de 2 %. La consommation moyenne par ménage et par an s’élève à 12 350 euros pour les produits alimentaires et non alimentaires. Les arbitrages budgétaires entre les différentes familles de produits sont très peu différenciés par rapport au comportement constaté au niveau régional ou national.

OÙ CONSOMMENT LES MÉNAGES ?maconnaissudbourgogne developpementcommercial etude cci71 simplanter agencededeveloppement saoneetloire macontournuscluny 1 4

Tous produits confondus, 76 % des dépenses des ménages du département sont réalisées dans les grandes surfaces (commerces de plus de 300 m2) soit 6 points de plus que la moyenne nationale. Les petites surfaces (commerces de moins de 300 m2), captent 17 % des dépenses des ménages de la Saône-et-Loire, soit une emprise moins forte de 4 points qu’au niveau national. En alimentaire, le poids des grandes surfaces est dominant (85 % de parts du marché). Cette représentation est supérieure de 7 points à la moyenne nationale. Le discount est également bien présent avec 15 % des dépenses, contre seulement 8 % au niveau national. La part des petits commerces est moins élevée qu’au niveau national (11 % contre 15 %).

25 drives captent 1.5 poit sur les autres formes de vente alimentairesmaconnaissudbourgogne developpementcommercial etude cci71 simplanter agencededeveloppement saoneetloire macontournuscluny plusde2500m²

En non-alimentaire, les grandes surfaces spécialisées représentent la majorité des dépenses. La part des commerces de moins de 300 m2 reste dans la moyenne nationale avec 23 % des dépenses des ménages. La vente à distance représente 8 % des dépenses des ménages pour les produits non-alimentaires, dont 7 % capté par internet. Par rapport à 2010, l’évolution la plus significative est la baisse du poids des supermarchés d’environ 6 points. Ceci s’explique par l’extension de supermarchés depuis 2010 (passant à des surfaces supérieures à 2 500 m2). Ce glissement de format fait augmenter de deux points l’emprise des hypermarchés. L’arrivée des drives modifient aussi le paysage puisqu’ils captent 1,5 point sur les autres formes de vente alimentaires.

LES PRINCIPAUX PÔLES COMMERCIAUX DE LA SAÔNE-ET-LOIRE

maconnaissudbourgogne developpementcommercial etude cci71 simplanter agencededeveloppement saoneetloire macontournuscluny chiffredaffaires

Avec un chiffre d’affaires de 3,3 milliards €, la Saône-et-Loire pèse pour un tiers de l’activité de la région Bourgogne. L’offre est très concentrée sur et autour des principales agglomérations du département.

1 065 immatriculations d'entreprises commerciales en 2015 dont 710 créations, 256 reprises et 99 installations après transfert.maconnaissudbourgogne developpementcommercial etude cci71 simplanter agencededeveloppement saoneetloire macontournuscluny 1065

Les pôles commerciaux majeurs du département sont ceux de Chalon-sur-Saône (810 M€ de CA) et de Mâcon (795 M€ de CA), qui arrivent respectivement en deuxième et troisième position des pôles régionaux derrière Dijon (1 946 M€ de CA). Ces derniers ont vu leur emprise se renforcer au cours des dernières années. La géographie commerciale du département est caractérisée par un maillage homogène de pôles commerciaux avec la présence de nom-breux pôles secondaires (Montceau-les-Mines, Le Creusot, Autun, Paray-le-Monial…).

L ’ÉVASION COMMERCIALE VERS LE E-COMMERCE

279 millions € du potentiel des ménages résidant dans le département sont dépensés hors de celui-ci. Le taux d’évasion est incompressible en alimentaire (4 %) et en non alimentaire (15 %) soit un taux d’évasion globale de 9 %.
C’est en équipement de la personne que le taux d’évasion est le plus marqué, près de 19 %. Depuis 2010, l’évasion hors département a diminué en alimentaire mais a augmenté en non alimentaire, en partie à cause de la part du e-commerce, de plus en plus forte. La vente à distance capte plus de la moitié de l’évasion non alimentaire (53 %). Les évasions de proximité sont principalement liées aux trajets domicile-travail vers les principales agglomérations des départements limitrophes (Dijon, Roanne, Lons-le-Saunier).

maconnaissudbourgogne developpementcommercial etude cci71 simplanter agencededeveloppement saoneetloire macontournuscluny evasioncommerciale2

Mâconnais-Clunisois : 2ème pôle commercial départemental et le 3ème pôle commercial régional au regard de l’ex-région Bourgogne

Le pôle commercial de Mâcon est le 2ème pôle départemental et le 3ème pôle régional au regard de l’ex-région Bourgogne. La zone de chalandise non alimentaire de ce pôle s’étend sur 3 départements et 2 régions. S’agissant des ménages habitant dans cette zone de chalandise, les destinations des évasions pour les produits non alimentaires se répartissent entre la vente à distance, le Rhône et l’Ain. Les plus forts taux d’évasion concernent les équipements de la maison et de la personne.

 

Interview : Cluny - comprendre le commerce d’aujourd’hui pour préparer celui de demain

Le 9 juin dernier, l’union commerciale de Cluny a réuni l’ensemble des acteurs économiques et politiques locaux pour leur présenter le travail qui a été réalisé sur le centre-ville. maconnaissudbourgogne developpementcommercial etude cci71 simplanter agencededeveloppement saoneetloire macontournuscluny bastienwollff
Pouvez-vous nous en dire plus ?

Bastien Wolff : Face à des projets très différents qui se profilent sur Cluny, nous nous sommes rendus compte que nous n’avions aucun outil d’aide à la décision. Nous avons donc décidé de lancer plusieurs actions qui ont été présentées lors de cette soirée, et qui a permis de réunir tous les acteurs (mairie, communauté de communes, CCI, Office de tourisme, Centre des monuments historiques, commerçants) autour d’une même table.

Vous avez initié une étude sur le centreville et utilisé l’enquête sur les flux de consommation réalisée par la CCI. Quels étaient vos objectifs ?
B. W. : Tout d’abord, nous voulions avoir une photographie économique de la Ville de Cluny pour comprendre le commerce d’aujourd’hui et préparer le commerce de demain. Pour cela, un état des lieux chiffré nous a par exemple fait prendre conscience que 535 salariés travaillaient dans les commerces de Cluny, soit 10 % de la population clunisoise. Nous l’avons couplé avec les données de l’étude sur les flux de consommation réalisée par la CCI pour comprendre qui étaient nos clients, comment ils consommaient, d’où ils venaient et où ils allaient.

Au-delà de ces aspects chiffrés, vous avez aussi travaillé sur les valeurs et les visions de Cluny. Comment cela s’est-il passé ? maconnaissudbourgogne developpementcommercial etude cci71 simplanter agencededeveloppement saoneetloire macontournuscluny flux
B. W. : Réunissant autour d’une même table commerçants, artisans et acteurs locaux, 4 journées de réflexion encadrées par un consultant ont été organisées pour travailler sur les enjeux économiques de Cluny. Cela a permis de faire ressortir les valeurs partagées (comme la convivialité, la confiance, le professionnalisme et l’indépendance) et ainsi d’affiner la vision de Cluny Commerce. Un plan d’actions a été défini sur lequel nous travaillons actuellement. Pour n’en citer qu’une seule, tous les samedis, nous installons dans les rues10 baby-foot. Nous renforçons ainsi la convivialité, une des valeurs fortes de Cluny.

Etudier votre marché avant de vous implanter sur le maconnais sud bourgogne

La CCI71 - partenaire actif de l'agence de développement maconnais sud bourgogne

maconnaissudbourgogne developpementcommercial etude cci71 simplanter agencededeveloppement saoneetloire macontournuscluny 1
Article produit en partenariat avec la CCI71 - Actueco

 

rue pietonne en pays sud bourgogne

commerce en pays sud bourgogne
marche en pays sud bourgogne
vitrine magasin pays sud bourgogne

promotion commerce pays sud bourgogne
rue commercante pays sud bourgogne
zone commerciale pays sud bourgogne